3 habitudes indispensables pour rester zen face à la nourriture

Vous est-il déjà arrivé de vous jeter sur une tablette de chocolat et de le regretter ensuite ? De manger et grignoter alors que vous n’aviez pas faim ? De vous sentir dépendant de la nourriture pour être bien ? De vous sentir mal parce que vos comportements continuent de vous éloigner de vos objectifs de perte de poids et d’équilibre alimentaire ?

La relation que nous entretenons avec notre alimentation est étroitement liée à nos émotions, à notre niveau de stress, à nos états internes. Vous avez sans doute déjà remarqué que l’ennui, la colère, la tristesse, la solitude, le besoin de réconfort, et tant d’autres émotions, conditionnent notre envie de grignoter et de manger plus que de raison. En avoir conscience est le premier pas vers un changement durable.

Voici les trois habitudes à développer pour transformer efficacement votre relation à la nourriture.

1) Se poser les bonnes questions. Lorsque votre envie d’ouvrir le frigo ou le placard de la cuisine se fait pressante, marquez un temps d’arrêt et posez-vous les questions suivantes : Ai-je vraiment faim ? Que va m’apporter le fait de manger cette tablette de chocolat (par exemple) ? Quel besoin je cherche à satisfaire ?

Accordez-vous quelques instants pour répondre à ces questions avec sincérité et authenticité.

2) Se recentrer. Les seules émotions qui nous devrions écouter pour coller aux besoins de notre corps sont les émotions alimentaires : la faim et la satiété. Il nous arrive tous de manger non pas par faim mais parce que : c’est l’heure, le frigo regorge d’aliments appétissants, notre enfant goûte devant nous, nous passons devant une boulangerie, ça nous occupe devant la télévision, etc. De même qu’il est rare de s’arrêter de manger et de ne pas finir son assiette lorsque nous sommes arrivés à satiété : et oui, cela ne se fait pas de laisser de la nourriture dans son assiette, c’est impoli, il y a des gens qui meurent de faim … Autant de conditionnements qui freinent la réussite de nos objectifs. Pourtant notre corps, lorsque nous l’écoutons, nous indique exactement ce dont il a réellement besoin.

Voici un exercice de cohérence cardiaque simple et puissant, permettant de vous reconnecter à votre corps et à vos sensations.

  • Focalisez votre attention au niveau de votre coeur.
  • Percevez votre respiration dans cette région.
  • Prenez conscience du plaisir de respirer : inspirer et expirer paisiblement et tranquillement.
  • Laissez venir à vous un sentiment agréable, un paysage ou une image.

3) Avoir le choix. Lorsque nous mangeons trop ou grignotons, nous répondons à des automatismes, des habitudes, des compulsions … Il est essentiel d’inverser la tendance en passant d’un mode réactif (vous réagissez et subissez la situation) à un mode proactif (vous décidez et avez le choix). Je vous invite à rédiger une liste sur laquelle vous allez noter 10 activités « plaisir ». Voici quelques exemples : prendre un bain, lire, écouter de la musique, se promener, faire les boutiques, promener son chien, faire un album photo, écrire, téléphoner à un(e) ami(e), etc. Il est important que vous puissiez créer votre propre liste. La prochaine fois que vous aurez envie de grignoter, choisissez une des activités de votre liste et décidez de vous accorder un moment de plaisir et de détente autrement que grâce à la nourriture.

Je vous propose d’expérimenter ces trois clés dans l’ordre où je vous les ai présenté. Passez à la deuxième habitude si la première ne suffit pas et ainsi de suite …

Cet article participe à l’évènement interblogueurs sur le thème « 3 habitudes indispensables pour être zen au quotidien » ; cet évènement exceptionnel est organisé par Olivier Roland et son blog Habitudes Zen. Si cet article vous a plu, cliquer ici pour voter pour lui.

Je vous invite à expérimenter ces trois clés et à venir répondre à la question suivante :

Qu’est-ce que cela a changé dans votre relation à la nourriture ?

13 réflexions au sujet de « 3 habitudes indispensables pour rester zen face à la nourriture »

  1. Complètement d’accord avec le 1)
    Le nombre de fois ou je vais vers le placard de la cuisine sans y penser… Il suffit de se poser la question et 99% du temps je n’ai pas faim.

    Ca marche aussi pour la qualité des aliments: si je me concentre vraiment sur le goût de ce que je mange, alors je trouve une carotte bien meilleure qu’un bonbon…

  2. Bonsoir
    Ce n’est pas facile de changer ses habitudes et comportements. Mais avec les 3 astuces que tu donnes ça va nous aider.
    J’aime bien la 3ème que je ne connaissais pas et qui m’a l’air plein de promesses et en plus on se fait plaisir.
    Xtof

  3. J’essaye tout cela et te tiens au courant. Donc je ne peux pas encore répondre à ta question sur ce que cela a changé sur ma relation à la nourriture. A suivr… Merci pour les exercices.

  4. Ah! Ah! Oui bien sur, qui ne se reconnaît pas dans ces pulsions alimentaires.
    Nos émotions nous jouent des tours, en lien direct avec notre mental qui se dépêche de compenser…
    L’attention à nos pulsions, nos émotions est primordiale, toujours se poser la question : pourquoi je mange? Ai-je vraiment faim ou bien est-ce autre chose que je peux régler différemment?
    En tout cas merci pour tes tuyaux et par le fait que tu soulèves les bonnes interrogations 🙂

  5. C’est décidé, la prochaine fois que je tenterai une (discrète) approche en direction du frigo…je me poserai toutes ces bonnes questions !

    D’ailleurs, je te laisse car une petite faim me tenaille.
    Au fait, ai-je vraiment faim ou est- ce parce que le frigo « regorge de victuailles appétissantes » ?
    Ai-je vraiment faim ou est-ce simplement l’heure de la pause déjeuner ?

    Tu vois, Pascale, ton article porte ses… fruits ! 🙂

  6. Voila de très bonnes recommandations …

    D’une manière générale, écouter son corps est la meilleure option. Car lui, il sait vraiment si il faut manger un peu plus ou pas. Et cela marche aussi avec le sommeil ou l’exercice.

    On a souvent des impulsions, des envies ou des besoins de compensation qui n’ont rien à voir avec le besoin réel du corps. Revenir à ce simple besoin, et donc écouter son corps, est le principe de base.

    Plus facile à dire qu’à faire … Et tes 2 autres astuces sont là pour aider. En particulier celle consistant à remplacer par un plaisir autre. Faire diversion, en somme 🙂

    Merci 🙂

  7. Merci beaucoup, Pascale, c’est un article très intéressant qui fait écho par rapport à une certaine période de la vie où l’on se cherche souvent. Je pense à l’adolescence. En tout cas, j’en parlerai à mes amies ! 🙂

    Bonne continuation à toi

    Martine 🙂

  8. Bonsoir,

    Heureux de découvrir ton blog grâce à la lumineuse idée d’Olivier Roland ! Il nous a tendu la main. Si nous sommes 169 à nous serrer les coudes, nous allons tous monter dans les pages Google sur nos mots clés respectifs. Pour ma part, je mets un lien vers ton blog sur le mien (www.full-wellness.com) dès maintenant !

    Bien cordialement,
    Rémy LOUIS
    Auteur de « Jeunesse illimitée »

  9. Ping : 3 Habitudes Zen indispensables de 169 blogueurs

  10. Ping : Les secrets d'un régime efficace (partie 1) | %

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *