Les 4 accords toltèques (partie 2)

Nous embarquons pour la deuxième semaine de challenge dédié aux 4 accords toltèques. Après Que votre parole soit impeccable, découvrez le deuxième accord toltèque.

Le deuxième accord toltèque découle du premier et nous invite à rester zen en toutes circonstances, ça tombe plutôt bien, non ?

 

 Voici le deuxième accord toltèque

« Quoi qu’il arrive, n’en faites pas une histoire personnelle »

 

Nous avons souvent tendance à penser, ressentir et agir comme si toute chose était d’ordre personnel. 

Lorsqu’une personne nous envoie des paroles blessantes et que nous en faisons une affaire personnelle, le poison envoyé est intégré et assimilé. Nous devenons ainsi une proie facile pour les autres. Pour citer Don Miguel Ruiz :

« Vous ingurgitez toutes les ordures émotionnelles qui deviennent alors les vôtres ! »

Autant vous dire que le pouvoir que nous donnons à l’autre est puissant et destructeur. Quelle souffrance ! Et tout ça pour rien ! Refuser ce poison permet de se préserver et d’adopter une posture déstabilisante pour celui qui nous a envoyé son poison et qui ne peut ainsi nous atteindre.

Faire de toutes choses une affaire personnelle implique que nous pensons être responsable de tout. Or chacun est responsable de ce qu’il fait ! Même lorsque mon voisin m’insulte, cela n’a rien à voir avec moi ! C’est son point de vue ; il résulte de toute la programmation subie au cours de sa vie. C’est sa façon de voir le monde. Y accorder de l’importance implique que nous considérons que l’autre sait mieux que nous ce qu’il y a dans notre monde.

C’est finalement se donner aussi beaucoup d’importance. Tout ne tourne pas autour de nous ! Se sentir offensé induit chez nous une réaction de défense qui va se manifester par de la colère, de la tristesse, de la jalousie, de l’envie … Cela mène aux conflits ! Chacun veut avoir raison et défend son opinion en voulant parfois l’imposer aux autres.

Lorsque nous nous sentons bien, les émotions négatives ont peu de prises sur nous et nous accédons beaucoup plus facilement à la paix intérieure et à la joie.

Réussir à respecter ce deuxième accord permet d’ouvrir son coeur sans que personne ne puisse le blesser. Cela permet aussi d’atteindre la liberté de dire oui ou non sans culpabilité ni jugement.

Avec ces deux premiers accords, nous touchons du doigt notre Vérité, notre Liberté individuelle et tendons vers la paix intérieure …

Je vous propose de partager avec nous votre expérience sur ce deuxième accord.

Qu’avez-vous tendance à considérer comme étant une histoire personnelle et qui est un frein pour vous aujourd’hui ?

 

4 réflexions au sujet de « Les 4 accords toltèques (partie 2) »

  1. Pascale, ce deuxième accord toltèque me fait penser à la critique.

    Critique omniprésente, envers un collègue, un conjoint, une personnalité etc.
    Critique, érigée en sport national… et bien souvent adressée à la personne et non à ce qu’elle a fait.

    En ne faisant pas une affaire personnelle de la critique, principe de ce 2eme accord toltèque, on devient plus serein et plus… efficace !

    • Jean-Luc, tout a fait d’accord avec toi, la critique facile est ce que nous faisons de mieux ; une deuxième nature en somme. A très vite …

  2. Bonjour Pascale,
    j’avais envie de dire ‘c’est le plus important des quatre accords toltèques! ». Mais en y réfléchissant bien, ils sont tous aussi importants les uns que les autres !
    Mais celui-ci, je l’utilise pratiquement tous les jours car nous sommes quotidiennement , comme tu l’expliques bien, la cible de l’amertume de nos congénères.
    J’ai décidé une fois pour toutes, que la critique, la violence des mots, les reporches n’étaient pas dirigés contre moi, mais que la personne déchargeait en fait sa colère, son aigreur, sa rancoeur, sa jalousie aussi… Et , plutôt que de me plaindre ou d’en souffrir, je plains cette personne, car je comprends que moi je suis heureux et elle malheureuse!

    • Bonsoir Daniel,
      J’aime beaucoup ton approche lorsque tu dis que finalement les personnes qui sont dans la critique déversent leurs colères, leurs émotions négatives … Ta solution est excellente, les plaindre et se rendre compte que ce sont des personnes malheureuses permet de prendre du recul et de ne pas être touché émotionnellement.
      A très vite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *