Les secrets d’un régime efficace (partie 1)

Nous embarquons aujourd’hui pour une saga de 4 épisodes où je m’apprête à vous dévoiler les secrets d’un régime efficace. Rien que ça, me direz-vous ? Je vous propose de balayer toutes les idées reçues et de découvrir les clés de la perte de poids.

Je reprends le temps de cette saga ma « casquette » de diététicienne et reviens à mes premiers amours.  Oui mais pas seulement … Mes formations en coaching et en P.N.L ont enrichi et changé la vision que j’avais des régimes, de la perte de poids et de notre relation à la nourriture. 

Dans cette première partie, nous allons voir ensemble pourquoi la plupart des régimes sont inefficaces, vous font perdre de l’argent, du temps, de la confiance en vous, votre santé et vous éloignent progressivement de votre objectif final.

Vous avez peut-être vous-même déjà essayé de nombreux régimes ou bien connaissez-vous du moins plusieurs personnes qui régulièrement suivent le dernier régime à la mode ? Marre de l’effet yoyo et de ses conséquences destructrices ?

Depuis de nombreuses années, tant de fausses rumeurs ont fait les choux gras de la presse, laissant croire à qui voulait bien l’entendre que maigrir c’est facile !
Des rumeurs telles que :

  • La valeur calorique des aliments n’est pas déterminante. C’est l’association entre les aliments qui fait grossir ou maigrir. Faux ! Un aliment riche en calories ne vous aidera pas à maigrir juste parce que vous l’associez à de la laitue !
  • Il y a des aliments miracles qui permettent d’annuler les calories que vous venez d’ingurgiter. Faux ! Entourer une merguez bien grasse d’une magnifique feuille de salade n’allègera pas le nombre de calories.
  • L’état émotionnel dans lequel vous vous trouvez au moment où vous mangez cet énorme gâteau au chocolat détermine si vous allez grossir ou non : en somme, si vous êtes stressé, contrarié, ce gâteau vous fera grossir et si vous détendu et serein, ce gâteau ne pèsera pas sur la balance. Et bien, non, cela ne fonctionne pas comme cela, malheureusement.
  • Il est possible de tenir sur la distance et sans conséquences sur sa santé avec un régime très restrictif et qui supprime certaines catégories d’aliments. Faux ! Tôt au tard, il faudra payer l’addition et subir les dommages causés par de telles pratiques restrictives et nocives.

Oui mais pourquoi la plupart des régimes conduisent à l’échec ?

Tout d’abord, notre société de consommation nous pousse à vouloir toujours plus, tout de suite. Vous voulez perdre 10 kg en une semaine ? Pas de soucis, vous répond-on, nous avons le remède miracle pour vous faire fondre comme neige au soleil ! Vous vous doutez bien que maigrir durablement, sainement, en toute sécurité ne peut s’accomplir en quelques jours, voire en quelques semaines. Il faut accepter de renoncer au : je veux tout, tout de suite ! Pas de baguette magique, cela implique un profond changement personnel.

Vous avez sans doute déjà remarqué que, alors que votre meilleure amie peut manger tout ce qu’elle veut sans prendre le moindre gramme, vous profitez de chaque léger écart que vous faites. Plutôt injuste, non ? Nous ne sommes pas égaux face à la perte de poids ! Nos gènes, l’hérédité sont des facteurs qui peuvent être des alliés comme des freins.

Les régimes créent en nous une alternance de phases d’hypercontrôle et d’états incontrôlés. Une succession de frustrations et de restrictions prolongées conduit irrémédiablement à des temps de perte de contrôle. Et bien sûr ces pertes de contrôle nous font douter de notre motivation, culpabiliser et font chuter notre estime de soi. Quel cercle vicieux effrayant ! Comment réussir en ayant si peu confiance en soi et en remettant sans cesse en question notre valeur ?

Savez-vous également qu’un organisme affamé se met en résistance ? Autant vous dire que lorsque nous sommes en mode de résistance, nos kilos s’agrippent à nous, nous servant de bouée de sauvetage. Aucune chance de se délester du superflu !

Et le plus gros écueil de tous ces régimes est le fait de nier les difficultés psychologiques et relationnelles pour se concentrer uniquement sur la perte de poids et sur le contenu de notre assiette. Comment réussir en ignorant un facteur déterminant voire essentiel de notre comportement alimentaire ?

Allez, je vous propose de rester zen et vous donne rendez-vous dans quelques jours pour la deuxième partie de cette saga.

En attendant, je vous invite à répondre à la question suivante dans les commentaires :

Avez-vous déjà fait des régimes et qu’avez-vous trouvé efficace et inefficace ?

 

5 réflexions au sujet de « Les secrets d’un régime efficace (partie 1) »

  1. Bonsoir Pascale

    la seule chose qui ait été efficace pour moi a été de passer sur un régime végétarien , pendant 2 ans. Malheureusement, depuis 2 ans, j’ai reprise une alimentation bcp plus $***$ et les kilos sont revenus. Je vais donc suivre avec bcp d’ attention tes articles car ma balance me dit ….STOP

    a très vite

    Phil

    • Cher Phil,
      J’ai du mal à t’imaginer avec des kilos en trop, même si je ne connais que ton visage …
      Comme quoi la volonté ou le besoin de maigrir que ce soit un peu ou beaucoup est toujours une histoire de façon que nous avons de nous voir, percevoir et de ressenti, lorsque nous commençons à nous sentir mal dans notre peau.
      A très vite
      Pascale

  2. Bonjour,

    Je suis surpris de lire que c’est dans les gènes. Il faut avant tout supprimer (pas totalement) viande, produits industriels et laitages pour avoir une nourriture saine. Achetez bio.
    Mangez moins. On croit toujours « ne pas manger tant que cela ! »

    Ensuite, il faut surprendre son corps et ne pas l’habituer aux mêmes aliments.

    Enfin, il faut avoir une activité physique : de la marche ou faire le ménage.

    Cela se passe aussi dans la tête, mais ça c’est une autre histoire.

    • Bonjour Michel,
      Les gênes peuvent influer mais ne font pas tout bien sûr.
      Avoir une nourriture saine et bio est effectivement un plus considérable pour perdre du poids mais peut ne pas être suffisant.
      Je connais des personnes mangeant bio, parfois végétarien mais tout de même en surpoids. Je reconnais que c’est plus rare.
      Force est de constater que, comme tu le soulignes très justement, cela se passe beaucoup dans la tête. Et c’est là que peut se faire la différence.
      Merci pour tes conseils
      Pascale

  3. Ping : Les secrets d'un régime efficace (partie 3) | %

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *